Fossile

Daniel Bourrion à 14 mois

Il n'y a évidemment aucun souvenir de ça, je n'ai en dedans moi nulle trace de ce moment

Une sorte de journal — 26 mars 2015

Je me suis souvenu hier de ce géant aux cendres dispersées dans un sous-bois là-bas dans mon autre pays et je sais très précisément au pied de quel chêne

Une sorte de journal — 25 mars 2015

Du petit bois un staccato il y avait donc pic-vert creusant le tronc dur du fer

Une sorte de journal — 23 mars 2015

Une razzia — on déterrait les plantes et les soulevant avec les toquées1 lourdes qu'elles faisaient

  • 1. (j'écris toquées mais je ne sais même pas si ce mot-là existe pour dire de quoi je parle, je le laisse ici malgré tout, pour quand j'aurai oublié).

Une sorte de journal — 21 mars 2015

À même la roche il a fait sa maison et c'est pierre après pierre sortir un peu de soi ; ensuite c'est une falaise et puis plus rien du tout avant longtemps au moins comme je regarde ses mains.

Une sorte de journal — 19 mars 2015

Des murs de toutes les couleurs avec ce mortier de livres morts et entre glissés on devisait sans oser s'approcher, ça ressemblait à une cachette de celle que les enfants construisent avec un peu de rien, un drap puis tout ce qu'ils transportent de contes — je pense à ce que nous gâchons de ça en basculant dans l'allée des années et c'est une tristesse douce faite de rhubarbe et puis de fraises

Une sorte de journal — 18 mars 2015

Et tous ces livres pas lus que je ne lirai pas toute honte bue sous la charpente, ce bateau renversé, d'énormes chevilles de bois d'un brun quasiment blanc et par la fenêtre frémissante la Loire qui courait grosse drapée, autant de voix que d'écrivains que d'écailles de poissons sur le chemin, minuscules flaques translucides d'ardoise ; la route se perdait ensuite elle-même et un moulin et des